France – Publié le 14 février à 14:08 – Mis à jour le 14 février 2018 à 17:58

Affaire Maëlys : Lelandais "coopère" à la recherche du corps

Affaire Maëlys : Lelandais "coopère" à la recherche du corps «
Play

Le mercredi des cendres aux Philippines

»
Play

Philippines : danse contre la violence

Affaire Maëlys : Lelandais "coopère" à la recherche du corps

Une trace du sang de la petite Maëlys a été retrouvée dans le coffre de la voiture de Nordahl Lelandais, unique suspect dans ce dossier, a indiqué mercredi à l'AFP une source proche du dossier. "Ce sang appartient à Maëlys", a indiqué cette source alors que Nordahl Lelandais a été entendu en matinée par les magistrats et conduit pour la première fois sur les lieux où pourrait se trouver le corps de la fillette disparue fin août.

Après six mois de silence, Nordahl Lelandais a été entendu mercredi à sa demande par les magistrats et conduit pour la première fois sur les lieux où pourrait se trouver le corps de la petite Maëlys, où des fouilles étaient menées par les gendarmes.

De sources proches de l'enquête, le suspect "coopère" à la recherche du corps de Maëlys.

Jusqu'à présent, l'ancien maître-chien de 34 ans avait farouchement nié son implication dans la disparition de la fillette dans la nuit du 26 au 27 août, lors d'une fête de mariage à Pont-de-Beauvoisin (Isère).

Une conférence de presse du procureur de la République de Grenoble Jean-Yves Coquillat doit se tenir dans l'après-midi, a annoncé la gendarmerie, sans plus de précisions sur le lieu ni l'heure de cette intervention alors que les recherches étaient toujours en cours sur le terrain en début d'après-midi.

Extrait de sa cellule mercredi matin, Nordahl Lelandais a été entendu à sa demande par les juges d'instruction au palais de justice de Grenoble avant d'être conduit à la gendarmerie de Pont-de-Beauvoisin.

Après y être resté environ une heure, Nordahl Lelandais, accompagné de M. Coquillat, du vice-procureur de Grenoble, des juges d'instruction et de son avocat Me Alain Jakubowicz, a été transporté "sur un autre lieu" à la mi-journée, selon la gendarmerie, qui s'est refusée à plus de précisions pour le bon déroulement de l'enquête.

Un convoi de sept à huit véhicules de gendarmerie, dont celui de l'identification criminelle, s'est ensuite dirigé vers Domessin (Savoie), résidence du suspect et de ses parents, avant de poursuivre sa route.

De source proche de l'enquête, le laboratoire mobile et une vingtaine d'experts de l'IRCGN (Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale) sont sur place (médecin légiste, généticien, spécialistes en traces de transfert...).

La petite Maëlys a disparu dans la nuit du 26 au 27 août lors d'une fête de mariage à Pont-de-Beauvoisin.

Nordahl Lelandais est également mis en examen et détenu, depuis décembre, pour l'assassinat du caporal Arthur Noyer en Savoie en avril dernier.

Les étapes de l'enquête

- La disparition -

Dans la nuit du 26 au 27 août, la disparition de Maëlys De Araujo est constatée vers 03H00, à la fin d'une soirée de mariage, dans la salle des fêtes de Pont-de-Beauvoisin (Isère). Sa famille l'a cherchée durant une heure avant d'alerter les gendarmes.

Le 28 août, le parquet de Bourgoin-Jallieu ouvre une enquête pour "enlèvement".

Dès le lendemain, les enquêteurs, sans exclure un accident, privilégient la thèse criminelle. Ils estiment que Maëlys a pu monter dans une voiture, trois chiens pisteurs s'étant arrêtés au même endroit du parking de la salle des fêtes.

- Gardes à vue -

Le 31 août, un ancien militaire de 34 ans, Nordahl Lelandais, ami du marié, demeurant à Domessin (Savoie), est placé en garde à vue. Invité sur le tard au mariage, il s'est absenté durant la fête et a fait des déclarations incohérentes lors de son interrogatoire comme témoin.

Cet intérimaire célibataire admet avoir eu des contacts avec l'enfant mais rejette tout soupçon. Il a nettoyé sa voiture durant des heures, le lendemain du mariage, parce qu'il devait la vendre, ce que confirme l'acquéreur pressenti, selon son avocat.

Le 1er septembre, un deuxième homme de 34 ans, ami du premier, est placé en garde à vue, mais les deux hommes sont relâchés dans la soirée.

- Nordahl Lelandais mis en examen -

Le 3 septembre, alors que des plongeurs de la gendarmerie sondent encore des plans d'eau, nombreux dans la région, Nordahl Lelandais est à nouveau arrêté. Une trace d'ADN de la fillette a été trouvée dans sa voiture. Il est mis en examen pour enlèvement et incarcéré.

Le suspect conteste. Il explique que Maëlys est montée dans sa voiture sur le parking, avec un petit garçon, pour voir si un chien s'y trouvait, et que tous ont regagné la salle ensuite. Son avocat, Me Bernard Méraud, ajoute que s'il s'est absenté durant la soirée, c'est pour aller chez lui changer son short, taché par du vin.

- L'enregistrement de la caméra -

Le 30 novembre, la chambre de l'instruction annule les premiers interrogatoires de Nordahl Lelandais en garde à vue car ils n'avaient pas été filmés, une obligation en matière criminelle.

Le procureur annonce qu'une caméra a enregistré l'image de Maëlys dans la voiture du suspect et l'image de la voiture sans Maëlys sur le chemin du retour, à l'heure de la disparition.

Nordahl Lelandais continue de nier. Il est mis en examen pour meurtre.

Son avocat, Me Alain Jakubowicz, conteste avec virulence la version du parquet. Il affirme que la silhouette dans la voiture n'était pas Maëlys, laquelle n'aurait disparu que plus tard.

- Un nouveau dossier pour le suspect -

Le 18 décembre, Nordahl Lelandais est interrogé sur la disparition d'un jeune militaire, Arthur Noyer, en avril 2017 à Chambéry. Les expertises téléphoniques révèlent que les deux hommes ont voyagé ensemble au moment de la disparition. Il est mis en examen pour assassinat. Son éventuelle implication dans d'autres disparitions non élucidées est depuis étudiée.

Le 24 janvier 2018, la demande de remise en liberté de Nordahl Lelandais est refusée, ce que confirme la cour d'appel le 9 février.

Le 14 février, le suspect est conduit à sa demande sur les lieux de la disparition de Maëlys. Il "coopère" avec les magistrats pour retrouver le corps de la fillette, selon des sources proches de l'enquête.

La rédaction