France – Publié le 13 janvier à 16:06 – Mis à jour le 13 janvier 2018 à 16:32

Braquage au Ritz: les trois suspects arrêtés mercredi mis en examen et écroués

Braquage au Ritz: les trois suspects arrêtés mercredi mis en examen et écroués «
Play

Plongée dans l'univers de Caro et Jeunet

»
Play

Première sortie du bébé panda au Zoo de...

Braquage au Ritz: les trois suspects arrêtés mercredi mis en examen et écroués

​Les trois suspects arrêtés mercredi peu après le spectaculaire braquage du Ritz à Paris ont été mis en examen et placés en détention provisoire samedi, tandis que deux autres étaient toujours recherchés, a-t-on appris de source judiciaire.

Ces trois hommes qui s'étaient retrouvés pris au piège dans le palace parisien au moment de prendre la fuite avec des bijoux ont été mis en examen par un juge d'instruction notamment pour vol avec usage et sous la menace d'armes en bande organisée, des faits de nature criminelle. Le butin, estimé à plus de 4 millions d'euros, avait été retrouvé par les enquêteurs sur place.

Les trois hommes avaient pénétré cagoulés et gantés dans l'hôtel vers 18H30, par l'arrière du bâtiment. Munis de haches et d'armes de poing, ils avaient brisé des vitrines d'exposition et fait main basse sur des bijoux et montres de luxe.

Au moment de prendre la fuite, ils s'étaient retrouvés devant des portes bloquées, actionnées par le service de sécurité de l'établissement. Pris au piège, les trois hommes avaient rapidement été interpellés tandis que deux autres suspects avaient pu prendre la fuite, à moto et en voiture.

Sur les lieux, les enquêteurs ont retrouvé un sac, qui après des vérifications effectuées avec l'hôtel, contenait l'intégralité du butin volé, selon une source proche du dossier.

Les trois braqueurs présumés, originaires de la région parisienne, "approchent la trentaine" et "sont bien connus des services de police pour des vols avec arme, violences, recels", d'après une source policière. Ils risquent désormais un procès devant la cour d'assises.

Leurs deux complices sont toujours recherchés. 

Article rédigé par la rédaction web CNews