Politique – Publié le 12 septembre à 14:15 – Mis à jour le 12 septembre 2017 à 15:08

La PMA ouverte à toutes dès 2018

La PMA ouverte à toutes dès 2018 «
Play

Chine : vers la fin des voitures à essen...

»
Play

Emmanuel Macron: "À Saint-Martin, le ret...

Marlène Schiappa, la Secrétaire en charge de l'égalité entre les femmes et les hommes a annoncé mardi 12 septembre que le gouvernement proposerait dès 2018 l'ouverture de la procréation médicalement assistée à toutes les femmes. Elle a rappelé que "c'était un engagement de campagne" du candidat Macron qui "serait tenu".

La procréation médicalement assistée pour toutes les femmes, quelle que soit leur orientation sexuelle ou leur situation familiale, devrait être rendue possible dès 2018. La secrétaire en charge de l’égalité homme-femme, Marlène Schiappa, a annoncé sur RMC que cette disposition, "un engagement de campagne" d’Emmanuel Macron, serait "tenue". "En termes de calendrier, nous serons sur l’année qui arrive, 2018, probablement avec les révisions de la loi bioéthique", a-t-elle déclaré.

En campagne pour l’Élysée, Emmanuel Macron s’était dit "favorable" à l’élargissement de l’accès à la PMA à toutes les femmes. Actuellement, seuls les couples hétérosexuels dont l’un des partenaires souffre d’infertilité ou est porteur d’une maladie grave susceptible d’être transmise à l’enfant, pouvaient bénéficier de ce dispositif. Les couples de femmes ainsi que les femmes célibataires ne pouvaient prétendre au recours à la PMA.

Une disposition déjà validée par le comité éthique

C’est pour "mettre fin à une discrimination" que le gouvernement a souhaité l’ouverture de la PMA à toutes les femmes. Pour Marlène Schiappa, il s’agit d’une mesure de "justice sociale" qui doit permettre de mettre fin à une "inégalité" entre des femmes aisées qui peuvent prétendre à un voyage à l’étranger pour obtenir une PMA et les autres.

Fin juin, le Comité consultatif national d’éthique avait rendu un avis favorable à l’élargissement de la PMA à toutes les femmes. Emmanuel Macron s’était engagé à attendre le verdict du CCNE avant de soumettre cette disposition au vote de l’Assemblée. 

Article rédigé par la rédaction web CNews