Politique – Publié le 24 septembre à 11:40 – Mis à jour le 24 septembre 2017 à 11:54

Muriel Pénicaud "choquée" par les propos de Mélenchon

Muriel Pénicaud "choquée" par les propos de Mélenchon «
Play

Ce qu'il faut retenir du discours de Jea...

»
Play

Bientôt un nouveau stade pour Nantes

La ministre du Travail était l'invitée du Grand Rendez-Vous dimanche 24 septembre. Interrogée sur les propos de Jean-Luc Mélenchon à l'issue de la manifestation de samedi, Muriel Pénicaud s'est dite "choquée". La ministre juge ces propos "indignes et honteux".

Samedi 23 septembre, Jean-Luc Mélenchon avait déclaré à l'issue de la manifestation organisée par La France insoumise contre la réforme du Code du travail que "la démocratie, ce n'est pas la rue". "C'est la rue qui a abattu les rois, les nazis, le plan Juppé et le CPE", avait-t-il indiqué. "La bataille n'est pas finie", ajoutait le député des Bouches-du-Rhône. 

Alors que les propos de Jean-Luc Mélenchon tenus samedi font polémique, Muriel Pénicaud s'est exprimée sur le sujet dimanche. "Comme une grande majorité de Français, j’ai été choquée, j’étais indignée qu’on puisse mettre sur le même plan des nazis, des démocrates, des républicains. Pour les Français qui savent notre histoire, ses propos sont indignes et honteux", déclare notamment la ministre du Travail. 

Des propos "indignes et honteux" 

"Nous les Français sommes collectivement insultés par ce manque de respect de notre histoire et ce manque de respect de ceux qui ont combattu sous toutes leurs formes contre ce qu’il fallait", continue la ministre. "Quand on est député, quand on représente la nation, les propos portent, ont un poids et donc il y a une responsabilité pour l’ensemble des personnes qui ont une responsabilité publique d’avoir des propos qui soient dignes", ajoute Muriel Pénicaud. 

Dimanche 24 septembre, jean-Luc Mélenchon est revenu sur cette polémique dans un billet baptisé "La marche du peuple et la diversion" et posté sur son blog. "Je n'ai jamais comparé le gouvernement actuel aux nazis, cela va de soi", écrit le leader de La France Insoumise. 

AL avec AFP